Nos chèvres - Chèvrerie des Coquelicots

Nos chèvres

banner-11

Nos chèvres, câlines, coquines, toujours jolies

Nous élevons un troupeau de chèvres de race poitevine.

La chèvre, c’est d’abord un coup de cœur : une petite bête intelligente et affectueuse avec un caractère bien trempé !

C’est aussi du lait pour fabriquer de bons fromages et yaourts… Et un marché pour les écouler localement.

Le troupeau

Nous élevons actuellement 30 chèvres de race poitevine. Elles disposent d’une prairie de 2,5ha pour pâturer à la belle saison et d’une jolie chèvrerie pour se mettre au sec ou au chaud en hiver. Nos chèvres mettent-bas chaque année début mars pour donner naissance à 1,2 voir 3 chevreaux. Elles produisent chacune approximativement 2 litres de lait par jour qui serviront à la confection de nos fromages et yaourts. De la mi-décembre à la fin février, les chèvres sont taries. Elles ne donnent plus de lait et prennent un peu de repos bien mérité avant les prochaines mises bas.

La chèvre poitevine

Nous sommes tombés littéralement amoureux de la chèvre poitevine, une race aujourd’hui menacée.

Il s’agit d’une chèvre originaire du Poitou aux poils longs et à la robe brun foncé / noir dite “cape de Maure”. La face intérieure de ses membres est blanche, ce qui crée un joli contraste. Elle est d’un tempérament assez calme mais reste comme toutes les chèvres assez jouette et malicieuse !

Nous apprécions également son côté rustique. La poitevine convient remarquablement bien au pâturage et à des systèmes de production moins intensifs. Plus résistante, elle peut profiter plus longtemps dans la saison de la bonne herbe de nos prairies.

Cette race est aujourd’hui fortement délaissée au profit d’autres races laitières. La chèvre poitevine produit un lait de grande qualité mais elle est moins productive que ses congénères, ce qui explique son abandon progressif dans nos sociétés productivistes. Le lait poitevin a pourtant un meilleur rendement fromager et permet la confection d’un fromage de grande qualité gustative.

Nous sommes actuellement le seul élevage belge recensé par l’Association pour la Défense et le Développement de la Chèvre Poitevine. Notre souhait est de promouvoir et développer cette race au niveau de la Belgique.

Au fil des saisons

Démarrage de la saison

Début mars, les chèvres commencent à mettre bas après 5 mois de gestation.

Elles donnent naissance à 1, 2 ou 3 cabris. Chaque année, nous gardons une dizaine de chevrettes pour renouveler ou agrandir notre cheptel. C’est chouette de les voir caracoler au milieu du troupeau !

Grâce à tous ces petits, nos chèvres commencent à faire du lait et nous pouvons commencer à les traire. Nous utilisons une partie de leur lait pour la confection de nos yaourts et fromages.

Printemps

Leur production augmente chaque jour, surtout à partir du mois d’avril lorsqu’elles retrouvent les joies du pâturage.

De l’herbe, des fleurs, des broussailles, que de bonnes choses à manger !

Été

Puis, l’été arrive. Les chèvres passent les heures les plus chaudes de la journée à ruminer à l’ombre.

Les chevrettes grandissent bien, elles sont un peu moins folles et mangent maintenant comme leurs mères : du foin, du grain et bien sûr tout ce qu’elles trouvent dehors.

C’est aussi la période des foins : on fait nos stocks pour l’hiver car la chèvre ne mettra pas le sabot dehors pour pâturer durant l’hiver.

Septembre, rentrée des classes mais aussi rentrée des boucs. Et oui, la saison des amours commence. Chez la chèvre, le cycle sexuel est saisonnier.

Nous introduisons nos boucs dans le troupeau pour la reproduction. Ils ont tellement de travail qu’ils en oublient de manger !

Le lait commence à diminuer sérieusement.

Automne

Avec l’automne, les sorties au pré sont plus aléatoires. C’est que les chèvres sont fragiles, elles ne supportent pas l’humidité qui risque de les infester de parasites.

Quand elles ne sortent pas elles ont donc foin et luzerne au menu. Elles se font servir matin et soir.

Hiver

Et puis décembre arrive.

Alors que les humains commencent à préparer les fêtes de fin d’année, les chèvres obtiennent un repos bien mérité de deux mois.

Plus de lait, plus de traite, et plus un poil dehors, il fait vraiment trop froid et humide. Elles sont maintenant toutes gestantes et elles doivent se reposer avant de redémarrer la saison en mars.